La Red Brigade (Lucknow, Inde)

Avec un viol toutes les 22 minutes en Inde, les agressions sexuelles sont un véritable fléau qui gangrène le pays. Le viol a particulièrement augmenté ces dernières décennies : + 902 % entre 1971 et 2012 (et un doublement du nombre de cas entre 1990 et 2008 !) selon le Bureau national d’enregistrement des crimes (NCRB). Un constat d’autant plus effrayant que ces chiffres sont probablement minorés (« l’enregistrement des viols reste en effet déficient, négligé par une police largement indifférente, ce qui conduit une majorité de victimes à renoncer à porter plainte, découragée par le faible taux de condamnation des accusés – 24,2 % en 2012, un taux en baisse régulière –, et par la lenteur des procédures »). Ces données sont extraites du site GéoConfluences et de l’excellent article de Bénédicte Manier : « Les femmes en Inde : une position sociale fragile, dans une société en transition ».

La Red Brigade, créée en 2011 à Lucknow (capitale de l’État de l’Uttar Pradesh, nord du pays) dans le bidonville de Madiyav par Usha Vishwakarma, regroupe à l’origine une quinzaine de femmes. Victimes d’agressions sexuelles, elles décident de réagir et de s’organiser de façon concrète, dans un pays qui connaît un niveau élevé de violence contre les femmes, en grande partie en raison de leur traditionnelle infériorité sociale et de la faible application des lois censées les protéger.

Leur action s’articule autour de trois axes :

  1. L’aide aux victimes (soutien psychologique, accompagnement juridique, dans les démarches pour porter plainte, etc.) ;
  2. Les patrouilles de surveillance dans les quartiers ;
  3. La formation des femmes aux techniques de self-défense.

Et le groupe Red Brigade a fait des émules ! Des initiatives similaires se sont développées dans d’autres villes comme Benares et Agra, accompagnées par la mise en place de micro financements tels que la «Women’s Bank».

Depuis sa création, la Red Brigade, qui compte aujourd’hui une centaine de femmes, a initié plusieurs milliers de femmes aux techniques de self-défense. Les policiers locaux ne sont pas en mesure de fournir de chiffres exacts concernant la diminution des agressions sexuelles dans le bidonville de Madiyav, mais ils estiment que l’action de la Red Brigade a contribué à une baisse notable des agressions.

 

http://redbrigade-lucknow.org